Édito

 

Chers spectateurs,

Le cri.
Voilà une émotion, un son, un sentiment, un bruit, une parole qui nous accompagne tout au long de notre vie…

Qu’il soit de joie, de douleur, de plaisir, de souffrance, de la conscience.

Il est notre première communication avec le monde extérieur.

Après cette année riche en expérience et en apprentissage, nous voulions retourner à l’origine de cette communication et nous perdre dans ses ramifications.

Cette saison verra le TOL se promener dans différents théâtres. Grâce notamment au projet Connection et au partage de plateaux, nous serons au Théâtre des Capucins avec une pièce nous confrontant à la difficulté de l’entrée dans la vie adulte et aux renoncements : Fracassés de Kae Tempest. Chanson douce de Leïla Slimani, adapté par Pauline Bayle, nous emmènera au Théâtre National du Luxembourg. Tiré d’un fait divers, ce récit est aussi celui du rapport de maître à esclave et de notre utopie du bonheur familial.

Le TOL vous rouvrira (enfin) ses portes en octobre avec Le 20 novembre de Lars Norén, une pièce intense pleine de folie, de rage et de révolte. En fin de saison, nous retrouverons un auteur que nous apprécions beaucoup, Tullio Forgiarini, avec un nouvel opus, loufoque, absurde, sauvage et jouissif : Le retour de Lucienne Jourdain. L’atelier théâtre du Lycée Michel Rodange redécouvrira avec joie les planches du TOL en mars.

La saison se clôturera avec le retour d’Isabelle Bonillo pour un spectacle dont elle a le secret : Enfance de classe.

Pour conclure, j’aimerais remercier le Théâtre National du Luxembourg pour sa confiance renouvelée, les Théâtres de la Ville et le Kinneksond de Mamer pour leur soutien cette saison et la saison dernière. J’aimerais aussi remercier notre Ministère de la Culture qui s’est battu afin que les salles de spectacle puissent rouvrir. Le Luxembourg a été un des rares pays en Europe à voir une réouverture aussi rapide en janvier. Cette décision nous a montré, au cas où on en douterait, à quel point le spectacle vivant est nécessaire à notre santé mentale et à quel point il nous procure de la joie de vivre.

Donc je vous souhaite d’être traversés par la joie et l’émotion au cours de cette nouvelle saison.

Véronique Fauconnet
Directrice artistique